07/04/2005

Le cycliste pédalait

Incroyable mais vrai déclara Rouletabille avec son sourire de chat à la Bronson d’un matin de pluie liégeois.

Chacun regardait le cycliste de la Dépêche moulinant la manivelle merxienne. Une bonne nouvelle allait-elle se répandre dans les kiosques ?

 

En attendant, déclara Fandor, je me plonge dans d’autres affaires : La chronique martiale mensuelle de Xian : chez le judoka .

Une vision particulière du monde, c’est chez Henri, quotidiennement.

Une étonnante compilation d’un échange épistolaire dont on ne connaît jamais « l’autre » : Et si toutes trouvaient mes doigts symphoniques et si ma queue était l’archet d’une musique divine que je ne connais pas moi-même ?

Toutes des cerises pourries. (C’est dans : C’est des roses)

 Voici la grand route d’Ostende, un canal, des soldats en uniformes de tirailleurs français en marche vers l’ouest, bien abattus aussi, mal équipés, des mitrailleuses tirées par des chiens, des petits canons de 25mm poussés par des hommes harassés, route de Dixmude, ils sont dans :  Halte au feu !

 


06:43 Écrit par H | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.