19/02/2005

Le vent

De la boutique Lavoisier, à plus piètre mine encore pour cause d’inventaire d’hiver, sortait un Monsieur Denis rubicond. La bise s’engouffrait dans la ruelle et couperosait autant que le beaujolais nouveau en novembre. Verhaeren avait déjà raconté toutes ces choses-là, et d’une manière très poétique.


05:51 Écrit par H | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.